CENTOPS / FSM - Permanence de la dissuasion - Soutien aux CZM sur tous les théâtres

Publié le 10 Avril 2018 à 15:57

© F.LE BIHAN/MN - Maître Florent, adjoint contrôle opérationnel des sous-marins.

Le centre opérationnel des forces sous-marines (CENTOPS/FSM), bien que situé à Brest, a la particularité d’être multi-théatre.

En premier lieu, il assure au profit de l’amiral commandant la force océanique stratégique (ALFOST), le contrôle opérationnel du (ou des) sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) en patrouille. Donner au sous-marin toutes les informations dont il a besoin sans connaître sa position et sans qu’il ne puisse répondre, tel est le défi quotidien de ces marins. Il doivent aussi s’assurer de la disponibilité de toute la chaîne de transmission pour être en mesure de transmettre au SNLE à la mer l’ordre présidentiel avec toute la redondance et la sûreté nécessaires.

Pour le volet sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) le CENTOPS/FSM conseille les CZM sur l’emploi du sous-marin et en fixe les modalités. L’absence de liaison permanente avec le sous-marin en opérations et les impératifs de discrétion nécessitent une gestion particularisée, qui exige rigueur et réactivité au quotidien. Cela nécessite de se mettre en permanence à la place de l’unité contrôlée. 

 

Interview

CV Frank, commandant du CENTOPS/FSM  

Commandant, pourquoi un COM est-il spécialement dédié à l’activité des sous-marins ? 

Les opérations sous-marines imposent des compétences spécifiques, ce qui nécessite l’existence d’un centre dédié qui inclut :

– le COFOST (centre opérationnel de la Force océanique stratégique) pour le déploiement des SNLE et la mission de dissuasion conduite en lien avec l’EMA FN (forces nucléaires) ;

– CTF 622 pour le soutien des commandants de zone maritime (CZM) dans l’emploi des SNA et le contrôle technique de leurs transmissions, grâce aux quatre stations de la FOST. 

C’est un centre expert unique quelle que soit la zone d’action (du nord de l’Atlantique à l’océan Indien). Point de contact de l’OTAN en France pour la gestion des dangers et interférences de la navigation sous-marine, le CENTOPS/FSM travaille dans ce domaine pour toute la Marine dès qu’une activité engage le volume sous-marin. Il est enfin l’interlocuteur privilégié de l’EMM pour les questions relatives aux relations internationales, aux programmes d’armement ou aux activités sous-marines des autres nations. Ma préoccupation quotidienne, à travers l’action du CENTOPS/FSM, est d’offrir aux commandants de sous-marins à la mer les informations nécessaires pour préserver leur liberté de manœuvre et d’action. 

 

Combien de marins compte le CENTOPS/FSM ? 

Au total, 120 marins, dont 14 officiers y travaillent selon une structure OTAN.
En plus des fonctions de direction et d’expertise, les équipes se relèvent pour assurer une permanence H24 toute l’année. La permanence SIC exige, en particulier, des moyens humains et matériels importants car la spécificité des transmissions sous-marines requiert un travail préalable de tri des informations et une vérification à terre des éléments dont a besoin le sous-marin. 

Diverses spécialités sont représentées au sein du CENTOPS/FSM et les sous-mariniers ne forment que 20 % de l’effectif. Je demande à chacun d’acquérir une vision globale des opérations maritimes ce qui leur permet d’extraire d’une masse de données les informations utiles au sous-marin. 

 

Témoignage

Maître Florent, adjoint contrôle opérationnel technique des sous-marins (COS)  

« Après l’école de maistrance intégrée en 2010, j’ai essentiellement suivi une carrière embarquée. En 2013, affecté sur le Dupuy de Lôme j’ai été sélectionné pour le BS que j’ai acquis en juillet 2015. Depuis janvier 2016, je suis affecté au CENTOPS/FSM, assurant les fonctions d’Adjoint Cos Trans.

L’adjoint COS TRANS est chargé de seconder l’officier assurant la permanence du contrôle opérationnel technique des sous-marins (COS) au sein du CENTOPS/FSM. Véritable chef d’orchestre en matière de transmissions, j’ai un rôle de conduite et de supervision des différents moyens hertziens et satellitaires. Mon but est d’assurer aux SNA et aux SNLE en mer des moyens de transmission disponibles et adaptés à leurs missions. Cela nécessite une parfaite connaissance des chaînes d’émission et de réception, comme des moyens de secours. C’est un travail passionnant car le réseau de transmission de la FOST est complexe et très spécifique. »

 

À retenir

CTF 622 (Commander Task Force) 

En tant que Subopauth, Alfost (CTF 622) est l’autorité unique en charge de la gestion du volume sous-marin au profit de toute la Marine. Son rôle : planifier la réservation d’eau en lien avec l’OTAN, dans le but de ne pas créer de zone d’interférences avec les autres activités maritimes alliées.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (3 votes)
Envoyer