Castor 2018 : La Glorieuse en reconnaissance au Vanuatu

Publié le 7 Mars 2018 à 16:11

© Marine nationale - Reconnaissance et validation de nouveaux points de mouillages à quelques centaines de yards de la côte de Vao

Le patrouilleur La Glorieuse, en mission de surveillance maritime au large du Vanuatu depuis début février 2018, a conduit une reconnaissance de l’île Vao dans le cadre de la mission Castor 2018.

 

L’objectif premier était d’identifier deux zones de mouillage qui ont permis au B2M D’Entrecasteaux de se positionner aux abords de l’île pour délivrer du matériel et débarquer du personnel. Il s’agissait aussi de repérer des axes de présentation permettant de débarquer sur la plage. Ces axes ont été vérifiés par les plongeurs de bord pour s’assurer qu’il n’y avait aucune obstruction sur le parcours. Dans le même temps, les embarcations du patrouilleur ont effectué des levés de sondes. Les abords de l’île n’étant pas hydrographiés, La Glorieuse en a profité pour établir une bathymétrie sommaire de la zone.

© Marine nationale - Reconnaissance du mouillage et de la nature des fonds par les plongeurs de bord

Vao, petite île au nord-est de Malekula

Peuplée d’environ 2000 habitants, cette paroisse a été fondée dans la deuxième moitié du XIXe siècle par un missionnaire français. On y trouve notamment une église, un dispensaire avec pharmacie, une salle d’accouchement, une maternité, une maternelle et une école primaire qui accueille environ 250 élèves encadrés par 12 enseignants. Ici, la quasi-totalité de la population parle parfaitement le français.

 

A propos de la mission Castor

La mission civilo-militaire Castor a pour objectif l’aide aux populations du Vanuatu en réalisant des travaux de rénovation d’infrastructures (réhabilitation d’écoles et dispensaires).

 

Les moyens de la Marine outre-mer

Une vingtaine de bâtiments et une dizaine d’aéronefs, avions et hélicoptères sont affectés outre-mer et dédiés à la sauvegarde maritime, la veille opérationnelle et stratégique et la coopération maritime régionale. Le programme « bâtiments de surveillance et d’intervention maritime », BATSIMAR, prévoit le renouvellement et le remplacement de certains de ces moyens vieillissants.

 

Le projet de LPM propose d’accélérer ce processus par la commande de dix patrouilleurs de haute mer pour la métropole, dont les deux premiers exemplaires seraient livrés d’ici 2025, et six unités pour l’outre-mer d’ici 2024. La cible visée est de 19 patrouilleurs de deux types, dont neuf destinés à l’outre-mer.

En savoir plus sur les missions de souveraineté

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer