Plus de soixante tonnes de poissons appréhendés par Le Malin

Publié le 7 Mars 2018 à 11:09

©EMA

Le 14 février 2018, le patrouilleur Le Malin, en mission de surveillance maritime dans la zone économique exclusive (ZEE) française, a appréhendé un palangrier taïwanais en action de pêche illicite.

La visite du palangrier Home Sheen, l’étude de la documentation, des instruments de navigation ainsi que la découverte d’une importante cargaison de poissons pélagiques, estimée à soixante tonnes, ont permis de caractériser l’infraction.

En lien étroit avec le centre régional opérationnel de secours et de sauvetage de la Réunion et l’état-major interarmées des FASZOI, le directeur de la mer – sud océan Indien a ensuite prononcé le déroutement immédiat du Home Sheen. Sur ordre de l’état-major interarmées des FAZSOI, Le Malin l’a escorté en prenant les dispositions permettant d’assurer la sécurité du navire et sa conduite nautique vers le port de Mayotte.

Deux jours plus tard, le palangrier a été remis au représentant des affaires maritimes à Mayotte. Ce transfert d’autorité a permis au Malin et aux FAZSOI de se désengager, laissant place à la procédure juridique et administrative.

Le patrouilleur Le Malin a maintenant quitté l’île de La Réunion pour un déploiement de plusieurs semaines dans la zone sud de l’océan Indien. Également ponctuée par plusieurs actions de coopérations (Afrique de Sud, Mozambique, Madagascar et île Maurice), cette mission opérationnelle illustre pleinement l’implication de la France dans la lutte contre les trafics et activités illicites dans l’océan Indien.

Les FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Elles constituent le point d’appui principal dans la zone océan Indien pour lutter contre les menaces régionales, telle que la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide. 

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère des armées

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer