La Provence et la Somme en mission Grand Nord

Publié le 2 Février 2018 à 10:51

© Marine nationale

La frégate multi-missions (FREMM) Provence et le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme ont appareillé de Brest le 15 janvier 2018 pour un déploiement dans le Grand Nord. Les deux bâtiments ont d’abord rallié la mer Baltique, avec à leur bord les hélicoptères Caïman Marine et Alouette III des flottilles 33F et escadrille 22S de Lanvéoc. Ils constituent le Task Group 451.03.

 

Depuis son entrée en Baltique le 19 janvier, la Provence a multiplié les manœuvres avec son ravitailleur dédié (ravitaillements en gazole, transferts de charges lourdes ou légères, etc.) et les hélicoptères du Task Group, notamment les vols de surveillance maritime. Singularité de ce déploiement, c’est la première fois qu’une FREMM est engagée en mer Baltique. Cette mission permettra d’éprouver un bâtiment de dernière génération, dans des conditions météorologiques et de navigation extrêmes en hiver, de bénéficier de ses équipements modernes pour renforcer notre connaissance de la zone dans les trois dimensions : sous l’eau, à la surface et dans les airs.

 

Lors d’une escale à Stockholm, les eaux très froides n’ont pas effrayé les plongeurs de la Somme qui ont effectué une plongée sous coque avec des plongeurs suédois. A l’issue, Français et Suédois ont comparé leur technique de sauvetage et d’intervention sur deux exercices d’accident de plongée.

 

 

En coordination avec les marines partenaires, riveraines ou évoluant dans la zone, la TG 451.03 participera à des manœuvres nautiques et militaires complexes de haute intensité, dans un environnement exigeant, ce qui augmentera le niveau d’interopérabilité des unités françaises avec les pays alliés de la zone.

Lors de son passage en mer Baltique, la TG 451.03 participera aux mesures d’assurance décidées par l’OTAN dans cette zone stratégique.

 

A propos des déploiements Grand Nord

Ces déploiements sont réalisés en coordination avec les marines partenaires, riveraines ou évoluant dans la zone. Les bâtiments français y assurent des manœuvres nautiques et militaires complexes de haute intensité, dans un environnement exigeant. Ces manœuvres permettent d’augmenter le niveau d’interopérabilité avec les pays alliés de la zone.

 

 

En savoir plus sur le grand Nord

Menacé par le réchauffement climatique et la disparition progressive de la banquise, l’océan glacial Arctique risque de voir prochainement ses richesses minières, gazières et pétrolières exploitées, et les flux maritimes de facto s’intensifier. De plus en plus présente sur cette zone, notamment par les missions Grand Nord, la Marine nationale permet à la France de jouer « sa partition » dans une région du globe faisant l’objet d’un intérêt stratégique croissant.

En lire plus sur Cols Bleus.fr

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer