Le ravitaillement à la mer en quatre étapes

Publié le 9 Janvier 2018 à 18:10

©A. Bergalasse/Marine nationale

Du 13 au 17 novembre 2017, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme a participé à un entraînement mutuel avec le patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant L’Herminier et les frégates anti-sous-marines (FASM) Latouche-Tréville et Primauguet. Cet entraînement repose principalement sur le perfectionnement de leur technique de ravitaillement à la mer (RAM), de jour comme de nuit. Une opération délicate, méconnue mais indispensable pour assurer les missions de la marine. Résumé en quatre étapes.

Avant de décrypter le processus de ravitaillement à la mer, il est à noter qu’il existe trois types de RAM :

  • Le RAM liquide, qui, comme son nom l’indique, consiste à délivrer une certaine quantité de liquides (gasoil, eau douce...).
  • Le transfert de charges lourdes (TRALOUR), qui permet de transporter des charges lourdes (palettes d’eau, vivres, munitions…) via un système de poulie.
  • Le RAM flèche. C’est un cas particulier, il n’est employé qu’en période de conflit pour du ravitaillement uniquement liquide ou lors d’un triple ravitaillement. Le « bâtiment client » est ravitaillé sur l’arrière du BCR.

« C’est une opération où l’on se remet tout le temps en question. Un RAM ne se passe jamais de la même façon, en fonction des conditions météo, du type de poste que l’on ravitaille », assure le premier maître Stéphane, chef de poste au Poste de Commandement (PC) Cargaison.

 

  1. La prise de contact avec le bâtiment client – Passerelle

  2. La préparation des manœuvriers – Hall manœuvre/Passe

  3. Le déclenchement et la gestion du RAM – PC Cargaison

  4. Le ravalement – Passe/Hall manœuvre

 

DIAPORAMA

ASP Alexandre Bergalasse

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer