Mission Corymbe : escale de la frégate Germinal à Dakar

Publié le 30 Octobre 2017 à 12:08

© EMA

Après avoir participé à l’opération Irma d’assistance à la population de Saint Martin jusqu’au 20 septembre dernier, la frégate de surveillance Germinal a appareillé le 9 octobre 2017 de son port basé à Fort-de-France pour mener la mission Corymbe (sécurisation des flux maritimes) dans le golfe de Guinée jusqu’en décembre.

Le Germinal doit notamment mener deux exercices African NEMO avec les marines riveraines du golfe de Guinée, des patrouilles opérationnelles conjointes et des instructions des marins africains en escale afin de leur permettre de toujours mieux assurer leurs missions. Ces exercices s’inscrivent dans un plan d’ensemble régional qui s’appuie  sur le processus de Yaoundé et les plans conjoints de coopération opérationnelle.

C’est dans ce contexte que la frégate de surveillance a fait escale du 17 au 20 octobre 2017 à la station navale des Éléments français au Sénégal (EFS). En effet, son emplacement géographique en Afrique de l’ouest leur permet d’avoir un soutien indispensable au bon déroulement de leurs missions. Par ailleurs, les EFS soutiennent les efforts menés pour renforcer les capacités des forces africaines partenaires afin qu’elles exercent leur propre sécurité sur leur espaces terrestres et maritimes.

Depuis 1990, la France déploie un à deux bâtiments en mission Corymbe de façon quasi permanente dans le golfe de Guinée. La mission a deux objectifs majeurs, participer à la protection des intérêts français dans la zone ainsi qu’à la diminution de l’insécurité maritime, en aidant notamment au renforcement des capacités des marines riveraines du golfe dans le domaine de la sécurité maritime, dans le cadre du processus de Yaoundé. Le déploiement de bâtiment français en mission Corymbe complète le dispositif français pré-positionné en Afrique occidentale (Gabon, Côte d’Ivoire, Sénégal) et participe au volet maritime des coopérations opérationnelles mises en œuvre par ces forces de présence régionalement.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer