L’apnée dans la formation des officiers-élèves de la mission Jeanne d’Arc 2017

Publié le 7 Juillet 2017 à 11:25

© Marine nationale

La traversée du groupe Jeanne d’Arc entre Guam et Darwin fut l’occasion pour les officiers-élèves (OE) volontaires commandos marine et plongeurs démineurs de s’entraîner à l’apnée. Les enseignes de vaisseau ont ainsi été placés entre les mains expertes du lieutenant de vaisseau (R) Christian, entraineur de l’équipe de France d’apnée qui a pu leur apprendre à repousser progressivement leurs limites, et ce en toute sécurité.

Cet entraînement leur sera par la suite très précieux pour augmenter leurs chances de réussite aux différents cours de l’École de plongée (cours Plongeur de bord (PLB), cours Plongeur démineur (PLD) et cours Nageur de Combat (NC)) », et leur fournir toutes les clés pour des entraînements en sécurité. La maîtrise de l’apnée est une véritable plus-value à la fois pour augmenter l’aisance aquatique des candidats, mais également pour améliorer leurs réactions face à un cas non conforme sous l’eau, comme une panne d’air ou un dysfonctionnement du recycleur.

La formation s’est articulée autour d’un ensemble de séances à sec, en mer, dans le radier du BPC Mistral et en piscine, mêlant cardiotraining et apnée. Fortement inspirée par les valeurs militaires chères au LV (R) Christian (surveillance mutuelle par binôme, esprit de cohésion, dépassement de soi), cette formation a permis aux officiers-élèves de progresser considérablement. Son approche particulière a permis à ces candidats plongeurs d’arme d’atteindre un niveau qui leur paraissait hors d’atteinte initialement. L’un d’entre eux a ainsi passé la barre des 5’ en apnée statique, au sec (hors de l’eau), alors qu’il avait commencé l’entraînement sous la minute. Cette initiation n’a cependant pas été réservée aux seuls volontaires commandos et démineurs, des officiers mariniers candidats PLB ont aussi pu en bénéficier.

L’équipage du Mistral a également pu profiter des conseils et de la riche expérience du LV (R) Christian en termes de gestion du stress, de prévention des troubles musculo-squelettiques et de contrôle de l’alimentation. Coïncidant avec la mi-mission du Task Group Jeanne d’Arc, son passage à bord est ainsi arrivé à point nommé pour prodiguer des conseils aux uns et aux autres sur la manière de gérer au mieux la fatigue pour la fin de mission. Cela a été unanimement apprécié, comme en témoigne la participation importante aux différentes conférences qu’il a animées à bord.

Cette expérience ouvre des perspectives tant en termes d’entraînement des futurs plongeurs de la Marine que de gestion de la fatigue d’un équipage en mission longue durée.

Vos réactions: 
Moyenne: 3 (3 votes)
Envoyer