Mission Jeanne d’Arc : Exercices pratiques de projection en mer pour les officiers élèves

Publié le 7 Juillet 2017 à 10:53

© Marine nationale

La formation pratique des officiers-élèves (OE) de la mission Jeanne d’Arc 2017 se poursuit à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral et de la frégate type La Fayette (FLF) Courbet actuellement déployés dans l’océan Pacifique.

Au cours d’entraînements hautement réalistes, les OE s’attèlent à la préparation et à la conduite d’exercices de visite (VISITEX), activité opérationnelle dans laquelle ils seront impliqués au premier plan lors de leurs premières affectations en métropole ou outre-mer. En tant que futur chef d’équipe de visite, officier en troisième de petits bâtiments ou encore commissaire d’unité, il apparaît nécessaire pour eux d’appréhender les enjeux, les modes d’actions et les complexités de ces missions particulières qui s’inscrivent aussi bien dans le cadre de l’action de l’Etat en mer que dans le cadre d’opérations militaires.

Les VISITEX réalisés lors de la mission Jeanne d’Arc 2017 permettent ainsi aux OE de s’impliquer dans tous les rôles du bord : du COMOPS (Commandant Adjoint Opérations), en passant par l’officier de manœuvre et jusqu’à l’interrogateur en passerelle du BPC. A côté de cette cellule état-major, tous les éléments composant une équipe de visite à la mer, soit 12 marins, sont aussi assurés en totalité par des OE. Près de 20% de la promotion est ainsi impliquée lors de chaque VISITEX. La préparation et le déroulé de ces exercices nécessitent 4 jours d’investissement dont une demi-journée consacrée à la projection de l’équipe de visite à bord d’un bâtiment « client », fonction assurée par la FLF Courbet.

Pour l’enseigne de vaisseau (EV) Pierre, chef d’équipe de visite du dernier VISITEX, de retour d’exercice : « c’est l’occasion de se positionner en tant que chef, dans un environnement qui peut se montrer hostile. La préparation d’une telle mission et les moyens engagés nécessitent une réelle coordination. Lors de l’arrivée dans la passerelle du client, après avoir été déployés par embarcations, nous prenons la pleine mesure et l’importance d’une telle action. Il faut alors dépasser le cadre de l’exercice pour se projeter le mieux possible dans des situations réelles auxquelles nous pourrons être confrontés demain. »

Le caractère réaliste de ces exercices est rendu possible grâce à la forte implication de l’équipage des deux unités et des détachements du groupe Jeanne d’Arc. Les moyens mis à disposition sont ainsi les plus complets possibles : embarcations, hélicoptères, canonniers et plastrons qui permettent une coordination globale des moyens et l’investissement de tout l’équipage.

« En tant que commandant adjoint opérations (COMOPS) avec du recul sur l’action, positionné en passerelle pendant l’investigation de l’équipe de visite, puis au Central opérations lors du déploiement de l’équipe de visite, j’ai pris conscience des responsabilités qui seront les nôtres dans quelques mois. J’espère avoir l’opportunité d’être chef d’équipe de visite lors de ma première affectation et réaliser les missions qui me seront alors confiées », affirme l’EV Martin.

In fine, les VISITEX permettent à tous les OE de connaître et de comprendre, tant juridiquement que matériellement, les modalités pratiques des opérations de lutte contre les activités illicites, de savoir adopter un juste comportement face aux occupants d’un navire visité, et ce afin d’être en mesure de faire respecter les droits et intérêts souverains de la France. Les zones traversées par le groupe Jeanne d’Arc constituent autant de théâtres permettant de réaliser ces exercices à forte valeur ajoutée, allant de la phase de planification jusqu’au dernier compte rendu envoyé, tout en coordonnant les nombreux moyens mis à disposition.

 

En savoir plus sur la mission Jeanne d’Arc

Vos réactions: 
Moyenne: 3.7 (3 votes)
Envoyer