CTF 150 : importantes saisies de drogues au cours de l’opération « Southern Surge »

Publié le 6 Juillet 2017 à 15:59

© État-major des armées

Au cours des mois de mai et de juin 2017, la Combined Task Force 150 (CTF 150) a conduit l’opération “Southern Surge” au cours de laquelle plus de 1,75 tonne de drogues a été saisie portant ainsi un coup important aux réseaux de trafiquants qui, à travers l’océan Indien, contribuent au financement du terrorisme international et alimentent tout particulièrement le marché européen en héroïne. 

L’opération “Southern Surge” représente en quelques chiffres :

  • des bâtiments de combat, des aéronefs et des hommes et des femmes venus de 9 pays différents ;
  • 11 bâtiments de combat représentant 158 jours de mer en soutien direct ;
  • 35 sorties d’avions de patrouille maritime représentant 210 heures de vol ;
  • 34 enquêtes de pavillon sur des boutres suspects conduisant à 8 saisies pour un total de plus de 1,75 tonne de drogue incluant de l’héroïne, du haschich et de la cocaïne dont la valeur cumulée représente 520 millions de dollars.

Ces succès opérationnels dans la lutte contre les flux qui financent le terrorisme ne représentent cependant qu’environ 5% de la quantité estimée de stupéfiants transitant annuellement en océan Indien. Cela illustre combien il est difficile de conduire des opérations de sécurité maritime dans une zone de 2 millions de nautiques carrés et explique pourquoi la concentration des moyens opérationnels à un moment clef dites « focus ops » est nécessaire pour maximiser la coordination de moyens multinationaux dédiés à cette mission ainsi que leurs effets.

Les frégates françaises Surcouf et Nivôse, australienne HMAS Arunta, britannique HMS Monmouth ainsi que les destroyers américains USS Hué City et USS Truxton ont tous conduit des enquêtes de pavillon sur des boutres suspects conduisant in fine à de nombreuses saisies et destructions de drogue. La plupart des saisies impliquaient en amont une action conjointe entre les unités de surface et les avions de patrouille maritime français, danois et néo-zélandais qui participaient à l’opération. L’action de ces aéronefs a permis de survoler d’importantes zones maritimes afin d’y repérer des boutres avant de transmettre leur position aux frégates en vue de leur interception.

L’impact des opérations conduites par la CTF 150 va au-delà des seules saisies de drogue. En effet, l’implication d’un nombre important de Nations dans l’opération participe au renforcement des relations entre les différentes marines et permet de travailler dans un environnement interarmées et interallié. L’actuel état-major franco-britannique de la CTF 150, commandé par le contre-amiral Olivier Lebas, est exemple concret qui illustre le partenariat privilégié existant entre la France et la Grande-Bretagne, notamment dans le cadre du traité de Lancaster House de 2010.

De plus, la coopération avec les acteurs et les forces régionales non-membres des CMF est un volet important de l’action de la CTF 150. Celle-ci se manifeste à travers des actions de « maritime capacity building » telles que des formations délivrées au profit des garde-côtes locales. Ces actions permettent de renforcer et promouvoir l’action de la CTF 150. L’échange d’informations et des techniques opérationnelles utilisées par les différentes marines permet en outre à l’ensemble des parties impliquées d’agir efficacement contre les narco trafiquants. Enfin la CTF 150 comporte un volet de coopération politique avec des rencontres de haut niveau entre le commandant de la force et les autorités politiques et militaires des pays de la région.

« Je suis particulièrement satisfait des succès de l’opération Southern Surge et tiens à féliciter tous ceux qui y ont contribués. La coopération, la coordination et la ténacité des unités de 9 nations qui ont contribué directement au soutien de la CTF 150 au cours des deux derniers mois ont été exceptionnels, et ont mis en valeur l’esprit des forces maritimes interalliées (CMF) » a précisé le contre-amiral Olivier Lebas, commandant la CTF 150.

Mis en place en 2002, la CTF 150 a pour mission principale de lutter contre les organisations terroristes et leur déniant toute liberté de manœuvre dans le domaine maritime. En collaboration avec les partenaires internationaux et régionaux en charge de la sécurité maritime, la CTF 150 a saisi ces dernières années l’équivalent de plusieurs milliards de dollars de drogue et plusieurs milliers d’armes, privant ainsi les organisations terroristes de fonds et de moyens militaires.

Avec un quartier général situé à Bahreïn, CMF regroupe 3 CTF opérant en mer Rouge, dans le golfe d’Aden et le bassin somalien, au nord de la mer d’Arabie, le golfe d’Oman, le golfe persique et l’océan Indien couvrant près de 3,2 millions de nautiques carrés bordés par 21 pays.

La mission principale de CMF est de lutter contre le terrorisme, prévenir les actes de piraterie, encourager la coopération régionale et promouvoir un environnement maritime sécurisé.

Sous le commandant de la France, l’état-major de la CTF 150 est réalisé pour la première fois conjointement avec les Britanniques, opérationnalisant ainsi le volet maritime du corps expéditionnaire franco-britannique (Combined Joint Expeditionary Force ou CJEF). Ce cadre a été initié en 2010 suite au traité de Lancaster House signé entre Paris et Londres. L’état-major comprend également des officiers venant d’Italie, de Belgique et d’Australie et exerce le commandement sur les navires et aéronefs mis à disposition par plusieurs Nations participant aux CMF.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer