Opération de contre-minage réussie à Dunkerque

Publié le 21 Avril 2017 à 09:13

© Marine nationale

Une opération de contre-minage s’est déroulée les 18 et 19 avril 2017 sur la plage de Malo-Terminus (59) après la découverte de blocs historiques de défense côtière début février.

Les plongeurs-démineurs de la Manche – mer du Nord, assistés par les hommes du 19e Régiment du génie de Besançon, ont procédé à la destruction de 22 blocs de défense, communément appelés « pieux Rommel » ou encore « asperges de Rommel ». Parmi ces 22 blocs de défense, 4 étaient équipés d’un obus de 155 mm représentant au total 28 kilos d’équivalent TNT.

Cette opération, qui a nécessité la mise en place d’un périmètre d’évacuation de 160 mètres et la mise à l’abri de la population sur un second périmètre de 800 mètres, a démontré une nouvelle fois la parfaite complémentarité de savoir-faire entre la Marine nationale et l’armée de terre sur une opération commune de contre-minage, ainsi que le professionnalisme des équipes militaires qui sont intervenues. Elle a aussi souligné l’excellente coopération inter-administrations, notamment entre les services de la préfecture du Nord et ceux de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord.

Placée sous l’autorité de la sous-préfecture de Dunkerque, cette opération interarmées a été menée en collaboration avec le service interministériel régional des affaires civiles et économiques de défense et de la protection civile (SIRACEDPC) de la préfecture du Nord, la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) du Nord, la Police nationale, la gendarmerie maritime (sécurisation du plan d’eau par la vedette côtière de surveillance maritime [VCSM] Scarpe), les sapeurs-pompiers, les villes de Dunkerque et de Leffrinckoucke et le syndicat intercommunal des Dunes de Flandre.

La Marine nationale est responsable de la neutralisation des engins explosifs découverts en mer et sur l’estran (partie du rivage soumise au balancement des marées). Ces opérations sont conduites par le groupement des plongeurs-démineurs (GPD) de la Manche et de la mer du Nord. Le GPD Manche intervient entre la baie du Mont-Saint Michel et la frontière franco-belge (870 km de côtes), ainsi qu’en Manche mer du Nord, c’est-à-dire au large des côtes françaises et près du littoral, jusqu’à la limite « haute » de la laisse de mer par une marée de coefficient 120.

Le GPD Manche est composé d’une trentaine d’hommes et de femmes, plongeurs-démineurs, infirmiers hyperbaristes et médecin de plongée. Ils interviennent jusqu’à une profondeur de 80 mètres grâce à différents gaz et travaillent, souvent dans l’urgence, dans un environnement parfois hostile et dangereux et dans des conditions éprouvantes : froid, manque de visibilité, courants.

Placés sous l’autorité du préfet maritime et dans le cadre de l’action de l’état en mer (AEM), le groupe de plongeurs-démineurs de la Manche et de la mer du Nord intervient dans des opérations aussi variées que la neutralisation d’engins explosifs et la destruction de munitions historiques.

Vos réactions: 
Moyenne: 1 (1 vote)
Envoyer