L'aviation maritime en 1917

Publié le 12 Avril 2017 à 20:07

© DR - Hydravion de classe Sopwith Baby 130 ch Biplan au CAM Dunkerque. L'aviation maritime en met en oeuvre 16 exemplaires

Principales bases de l'aviation maritime en 1917

 

L'aviation maritime en 1917

Ballons dirigeables

Au 1er janvier 1917, la Marine dispose de 6 dirigeables. Quatre vedettes et deux escorteurs, destinés à remplir deux catégories de missions durant la Grande Guerre. Les vedettes, plus petites (2 000 à 4 000 m3) partent à la recherche des champs de mines, patrouillent dans les chenaux d’accès, surveillent les barrages et arraisonnent. Leur mobilité et leur facilité d’emploi sont essentielles puisqu’elles rendent plus aisée l’observation des sous-marins et la liaison avec les navires de surface équipés de bombes anti-sous-marines. 

Pour les escorteurs (4 000 à 15 000 m3), la priorité est l’accompagnement et la protection des convois contre les sous-marins allemands. Avec une altitude toujours inférieure à 500 mètres, les escorteurs doivent voler autour du convoi pour ne pas que ce dernier soit repéré par l’ennemi. Muni de bombes contre sous-marins, l’attaque doit se faire au plus court et en liaison avec les navires de surface munis d’appareils d’écoute, le but étant d’empêcher le submersible de faire tête.

© DR - Dirigeables au CAM du Havre

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (3 votes)
Envoyer