Une coopération entre voisins du bout du monde pour les marins du Nivôse

Publié le 8 Mars 2017 à 17:20

© Marine nationale

Le déploiement dans les terres australes et antarctiques françaises (TAAF) de la frégate de surveillance Nivôse a été l’occasion pour l’équipage d’accueillir à bord deux « Australian Fisheries Officers », ou police des pêches australienne, depuis la Réunion. L’embarquement de ces officiers australiens spécialisés dans les questions de pêche s’inscrit dans le cadre de la coopération franco-australienne de la lutte contre la pêche illicite dans la zone des TAAF.

La présence de ces deux officiers a permis la réalisation d’un exercice interarmées et interallié favorisant l’échange d’expériences et de connaissances des méthodes des pêcheurs illicites, mais également d’améliorer les procédures d’interrogation et de visite.
La France et l’Australie partagent un intérêt commun dans la lutte contre les pêcheurs qui pilleraient les bancs de légine. Contrairement au droit d’exercice de la police, ces poissons ne connaissent pas les frontières des ZEE ! Les prédations subies autour de Heard et Mac Donald (les deux îles australiennes de la région) ont un impact direct sur les ressources halieutiques disponibles dans la zone française.

L’embarquement de contrôleurs des pêches australiens sur des bâtiments de la Marine nationale est un procédé récurrent maintenant. En effet, depuis 2003, plus d’une dizaine d’australiens ont participé à des missions TAAF. De même, leurs homologues français sont amenés à embarquer sur les navires australiens qui viendraient patrouiller dans la zone. Au quotidien, l'échange d'expérience avec les contrôleurs australiens permet de mieux connaître les méthodes des pêcheurs illicites mais également d’améliorer nos procédures d'interrogation et de visite.

Cet échange a permis aux marins de la frégate Nivôse de se rendre sur des zones de pêche illégale afin de se les approprier et de les connaître lors de ses patrouilles futures.

Les FAZSOI (forces armées dans la zone sud de l’océan Indien) participent à la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Elles constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre des menaces régionales, telle que la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

Vos réactions: 
Moyenne: 3.5 (2 votes)
Envoyer