Modernisation : Nouveau statut pour l’École navale

Publié le 2 Mars 2017 à 18:02

© Marine nationale

Depuis le 1er janvier 2017, l’École navale (EN) est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel constitué sous la forme de grand établissement (EPSCP-GE). Explications.
CF Dominique Dos Santos et EV2 Éline Le Bars

Depuis 2007, et l’adoption de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) a accéléré sa modernisation.
Précurseur du changement de statut, un groupement d’intérêt public a permis à la Marine nationale de s’associer à Thalès, l’ENSAM (École nationale supérieure d’arts et métiers) et DCNS pour financer certains travaux de recherche. L’existence depuis 2000 de l’Institut de recherche de l’École navale (IRENav) répond aux attentes de la Commission des titres de l’ingénieur en réalisant le couplage de l’enseignement et de la recherche.
Un nouveau cap est franchi en 2013 avec la création des communautés d’universités et d’établissements (COMUE), autorisant la mise en commun de moyens et le regroupement physique de certains établissements. Pour suivre ces évolutions et adhérer à ces COMUE, détenir le statut d’établissement public devient indispensable pour l’École navale. Une équipe de projet voit le donc le jour et est dédiée à la transformation de l’EN.
Ce travail aboutit le 21 octobre 2016 avec la sortie au Journal officiel du décret créant l’EPSCP-GE École navale. Cette transformation est donc l’aboutissement de dix années de réflexion, dont quatre de travail intensif avec le soutien actif de plusieurs services de la Marine et du ministère de la Défense. Ce projet s’inscrit au service d’une ambition forte pour l’École navale : promouvoir son excellence scientifique en matière d’enseignement et de recherche, et conserver un diplôme d’ingénieur reconnu. Au-delà de la consolidation du diplôme d’ingénieur, ce nouveau statut donne à l’EN une plus grande autonomie financière, afin de développer ses capacités de recherche.

Témoignage
Questions au contre-amiral Benoît Lugan, directeur général de l’EPSCP-GE École navale

Quels sont les changements attendus pour les élèves ?
La création de l’EPSCP-GE ne change pas fondamentalement la vie des élèves de l’École navale. L’adoption de ce statut maintient les conditions pour la pérennité du diplôme d’ingénieur qui leur sera délivré.
Le fait que l’établissement public soit créé sous la forme de grand établissement (GE) garantit la poursuite des traditions historiques de l’EN et le maintien d’un amiral à la barre. Le statut ne porte en rien atteinte aux deux autres piliers de la formation des officiers de marine que sont les formations maritime et militaire. Il permet en revanche d’élargir plus facilement le champ de la recherche.

Et pour l’organisation de l’école ?
L’École navale est dorénavant dirigée par un directeur général et administrée par un conseil d’administration (CA) qui définit les orientations stratégiques. Composé de 25 membres, il sera réuni pour la première fois en avril prochain.
Le président du CA est élu parmi quatre personnalités qualifiées, nommées par le ministre de la Défense. Ces personnalités sont issues du monde de la recherche et des grandes industries de la défense. Des représentants civils et militaires du personnel participeront également à cette instance de gouvernance.
L’EN ne sera pas pour autant indépendante de la Marine nationale. La Direction du personnel militaire de la Marine assure sa tutelle, au nom du ministre de la Défense et pour le compte du chef d’état-major de la Marine. Par ailleurs, elle veillera au maintien de la qualité de l’enseignement dispensé. La Marine nationale et le ministère de la Défense sont représentés au CA, aux côtés d’autres administrations de l’État.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer