Rencontres Militaires Blessures et Sports : le sport comme thérapie

Publié le 26 Juin 2013 à 14:57

Le sport comme thérapie - © Marine nationale

La pratique sportive est l’un des meilleurs moyens pour se reconstruire après une blessure dixit  les spécialistes. C’est fort de ce constat que s’est tenue dans la région de Bourges la deuxième édition des Rencontres militaires blessures et sports (RMBS) du 27 mai au 14 juin. Un événement du monde la Défense au profit des militaires blessés des trois armées et de la gendarmerie.

De l’escrime à l’escalade, en passant par le canoë-kayak, la plongée, le basket-ball l’aviron, le tir à l’arc, la natation, le basket-ball fauteuil ou l’athlétisme, plus de 19 activités sportives ont ainsi été proposées aux 54 militaires blessés, encadrés par 48 intervenants sportifs, dont 10 de la Fédération française handisports.

«L’objectif de ces RMBS, c’est bien de permettre à nos blessés de reprendre une pratique sportive, soit au travers du sport qu’ils pratiquaient avant leurs blessures, soit en leur faisant découvrir de nouvelles disciplines adaptées à leur handicap», a expliqué le lieutenant-colonel Thierry Maloux, chef de la Cellule d’Aide aux Blessés de l’Armée de Terre (CABAT). C'est l’entité organisatrice de cet évènement depuis l’an dernier sur deux sites : le centre de ressources, d’expertise et de performance sportives (CREPS) de Bourges, référencé en tant que pôle national «sport et handicap», et le centre régional jeunesse et sports (CRJS) d’Aubigny-sur-Nère.

De nombreux professionnels, dont une trentaine de personnel médical dont des kinés, des ergothérapeutes, des médecins ou des infirmiers, sont venus sur place afin d’épauler les militaires blessés, afin de leur apprendre ou réapprendre, avec dans certains cas des ambitions para-olympiques, la pratique de sports en adéquation avec leurs handicaps.

«C’est important de ne pas s'interdire la pratique d'un sport en raison de son handicap. Pour nous, le sport est un des paramètres important de la réadaptation», précise le chef de la CABAT avant de poursuivre: «Par le sport on dépasse les obstacles de son handicap, on se fixe des objectifs. Et puis il y a cette émulation collective que l’on voit très bien ici».

En plus de ces moments sportifs se sont également tenus des moments de dialogues et d’échanges entre militaires blessés, personnel soignant et encadrant.

Point d’orgue de cet événement, la journée du 4 juin a permis de présenter aux officiels, dont Madame Valérie Fourneyron, ministre des sports, et Monsieur Kader Arif , ministre délégué auprès du ministre de la défense chargé des anciens combattants, les RMBS tout en donnant la parole à des blessés participants. Cette journée a également abouti par la mise en œuvre de démonstrations dynamiques dévoilant notamment les dernières nouveautés en matière de prothèses. Une quinzaine de militaires blessés, amputés stabilisés, devrait ainsi recevoir ce nouveau type d'appareillage d’ici 2014.

Quant à l’événement à proprement dit, il a également été pérennisé validant son organisation d’un point de vue administratif par le Centre national des sports de la Défense (CNSD), le Centre Sportif  de l’Institution Nationale des Invalides (CSINI) gardant ses prérogatives sportives.

Rendez-vous est donc pris pour les RMBS édition 2014.

Trois questions à Arnaud Sallembien, ancien commando Marine blessé en mission en 2000, et récent « stagiaire » aux Rencontres militaires blessures et sports (RMBS) qui se sont tenues à Bourges du 27 mai au 14 juin.

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 3.8 (8 votes)
Envoyer