Chammal : un bilan très positif pour le Jean Bart

Publié le 27 Mai 2016 à 16:17

© EMA / Marine nationale

Le vendredi 27 mai, la frégate anti-aérienne Jean Bart a retrouvé Toulon, après 3 mois de déploiement en mission Chammal, au Levant. Sur la route du retour, elle a passé quelques jours en Mer Noire, pour travailler avec la Marine et l’armée de l’Air roumaine dans le cadre des mesures d’assurance de l’OTAN.

(1)03122015-IMG_3592.jpg

En Méditerranée orientale, le Jean Bart a été déployé dans le cadre de la fonction « Connaissance et Anticipation », dans une région au cœur des tensions du monde d’aujourd’hui. Ses observations et ses analyses transmises à l’état-major des armées ont été essentiels pour conduire le combat de la France et de ses alliés pour détruire Daech en Irak et en Syrie.

De même, le Jean Bart a entretenu les liens politico-militaires avec les partenaires historiques de l’Hexagone dans la région. D’abord au Liban, où il a participé à la protection d’une relève, depuis la mer, du contingent de la FINUL. Ensuite à Chypre, véritable point d’appui et de ravitaillement pour tous les bâtiments qui patrouillent en méditerranée orientale. En Israël aussi, puissance régionale autour de laquelle les équilibres restent très instables.

Durant cette mission, la frégate a également ravitaillé avec un pétrolier américain, afin de confirmer, une fois de plus, l’interopérabilité de la Marine avec l’US Navy. Enfin et à la demande de la Roumanie, le Jean Bart a été le premier bâtiment de guerre de la marine, depuis deux ans, à faire de nouveau escale dans ce pays très attaché à ses partenaires de l’OTAN.

Après deux jours passés en mer et articulés autour d’exercices de lutte antiaérienne, anti-navires et asymétriques qui virent la mise en œuvre de MIG21, d’un hélicoptère Puma, des forces spéciales roumaines et surtout de frégates et de patrouilleurs de haute mer, les marins du Jean Bart ont pu constater le haut niveau d’exigence de leurs homologues.

Une fois franchis les détroits turcs dans le sens Nord-Sud, le Jean Bart a mis le cap vers Toulon, en patrouillant dans des zones de migrations et de trafic illicites soupçonnés de financer Daech en Libye.

Après 12 semaines passées loin de chez eux, les marins du Jean Bart vont donc pouvoir voir leurs proches. Un repos bien mérité, le devoir accompli.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la défense                

Vos réactions: 
Moyenne: 3.8 (6 votes)
Envoyer