FREMM - Les frégates du 21ème siècle

Publié le 29 Juillet 2015 à 11:37

Appontage imminent d’un hélicoptère Caïman Marine sur l’Aquitaine. Outre son système de combat, la frégate dispose avec cet hélicoptère de capacités opérationnelles nouvelles, notamment en termes de lutte sous-marine, à la surface ou de contre-terrorisme

Outil militaire de la haute mer, la FREMM est un bâtiment polyvalent offrant des capacités opérationnelles majeures et nouvelles. La FREMM regroupe de nombreux systèmes d’armes et permet la mise en œuvre du missile de croisière naval (MdCN) (Cf. encadré ci-contre). La présence sur zone d’une FREMM constitue un signal politique et militaire fort. La FREMM est, sur l’échiquier naval, une pièce maîtresse, capable d’être aussi bien un bâtiment d’escorte, le gardien d’un espace aéromaritime ou même un navire commandant une force nationale ou interalliée. La FREMM est ainsi un redoutable adversaire capable en mesure d’atteindre des cibles en mer comme à terre.

Une capacité d’action démultipliée, c’est donc l’atout principal de la FREMM capable de remplir tout le spectre des missions aéromaritimes. Baptisées « multimissions », les FREMM peuvent ainsi agir dans tous les domaines de lutte - anti sous-marin, antiaérien, antisurface, contre des objectifs à terre ou contre les menaces asymétriques – et ce jusqu’au combat de haute intensité en haute mer ou dans la zone littorale.

La FREMM remplace les frégates anti-sous-marines du type F70 ASM - dont deux, le Georges Leygues et le Dupleix ont été désarmées en 2014 - ainsi que deux unités du type F67 : le Tourville et le De Grasse, retirées respectivement du service actif en 2011 et en 2013. Les actuelles FAA seront remplacées à l’horizon post-2020 par des FREMM DA offrant à la fois des capacités de lutte sous-marine mais également des capacités renforcées de défense aérienne.

Fortement armées, les FREMM sont dotées de 8 missiles antinavires Exocet MM40, de missiles antiaériens Aster, de torpilles anti-sous-marines MU90 et de missiles de croisière navals (MdCN). Un système d’armes puissant et surtout complet. Taillée pour la lutte anti-sous-marine, la FREMM dispose également d'un sonar remorqué (actif et passif) de très basse fréquence, d'un sonar de coque et surtout d’une « arme » supplémentaire : l’hélicoptère Caïman Marine (NH90), arme redoutable et complémentaire, équipé d'un sonar, de bouées acoustiques et de torpilles. Afin de neutraliser la menace des sous-marins, des torpilles légères MU-90 peuvent être ainsi lancées depuis le bâtiment et le Caïman. Face aux menaces aériennes, la FREMM dispose d’excellentes capacités d’auto-défense apportées par son radar Herakles, ses 16 missiles Aster 15, tirés verticalement depuis l'avant du bateau, juste derrière la tourelle du canon de 76 mm. Ce canon multi rôle peut également tirer contre des objectifs à terre. Les capacités de guerre électronique très développées de la FREMM lui permettent de se défendre contre les menaces missiles qu’elle pourrait rencontrer au cours de ses déploiements.

Les FREMM sont donc un maillon essentiel de la stratégie navale et l’épine dorsale d’une Marine à vocation océanique. Leur endurance, leur autonomie, en font un élément de premier plan capable de « tenir la mer », comme l’ont été en leur temps, les frégates de type Tourville dans les années 1970 et, vingt ans après elles, la série des La Fayette.

MdCN : UNE NOUVELLE ÈRE

Première réussie ! Le 19 mai dernier, la FREMM Aquitaine a tiré, avec succès, un Missile de Croisière Naval (MdCN) au large de l’île du Levant. Conçu pour frapper depuis la mer des objectifs terrestres situés dans la profondeur du territoire adverse, le MdCN est une arme redoutable, du point de vue militaire autant que dans une perspective stratégique ou diplomatique. Son domaine d’emploi est ainsi varié, allant de la simple action d’intimidation - un arsenal pointé ostensiblement sur une menace - jusqu’à la frappe de rétorsion. Le MdCN offre également de nouvelles perspectives au CEMA, celle de pouvoir tirer un missile sans préavis et au moment voulu, facteur d’autant plus déterminant lorsque les zones de crise sont éloignées du territoire national ou éloignées des points d’appui français à l’étranger. Outre l’allonge qu’il offre aux FREMM (et bientôt aux sous-marins de type Barracuda), le MdCN va apporter à la Marine la permanence d’une capacité de frappe en profondeur sur la plupart des objectifs potentiels.

 

Vivez en vidéo le tir du missile de croisière naval depuis l’Aquitaine 

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (5 votes)
Envoyer