Portraits de marins au service des marins (2)

Publié le 22 Août 2013 à 14:57

© Marine nationale

CC Jacques Brélivet, Psychologue – Chef du SLPA de Lorient

« Comme psychologue clinicien, chef du service de psychologie de la Marine à Lorient, j’assure avec mon équipe le suivi et le soutien psychologiques des marins des unités implantées sur la base des fusiliers marins et commandos et sur la base aéronavale de Lann Bihoué. Ce suivi prend par exemple la forme de bilans psychologiques individuels de fin de mission pour les commandos marine lorsqu’ils rentrent d’une OPEX où ils ont été exposés à des risques psychotraumatiques. Le soutien psychologique est quant à lui réalisé sous la forme d’une offre permanente de consultations personnelles à la demande des marins ou de leur famille. »

TSEF 1 Richard Wierzbicki – CFSI (Centre fonctionnel des systèmes d’information)

« Je travaille au sein du CFSI chargé d’assurer la qualité et la régularité de certaines données RH constitutives de la solde des marins. Je prends part à cette mission au quotidien, en maintenant en ordre opérationnel un ensemble de programmes informatiques. Ces programmes transmettent à Louvois un certain nombre d’informations, comme par exemples des données antérieure au raccordement, afin qu’il en tienne compte dans le calcul de la solde. Mon objectif, qui est celui du CFSI, est de tout faire pour que les marins percoivent une solde juste. »

SM Aurélia Balleydier, ASCOM – Assitant de commandement

– Cabinet du Chef d’Etat-major de la Marine

« En tant qu’ASCOM, mon quotidien est de permettre à l’autorité pour laquelle je travaille de se consacrer pleinement à la prise de décision. Je trie l’information qui arrive pour en traiter une partie à mon niveau et ne transmettre que l’essentiel au chef afin de lui éviter de s’encombrer de détails.

Concrètement, cela se traduit par la prise en charge d’une série d’informations logistiques, de son courrier, de son agenda ou encore de l’organisation de ses déplacements… »

Officier Principal Pascal Urvoas, OCTAM – Directeur de l’établissement logistique du commissariat des armées (ELOCA) de Brest

« Comme directeur de l’ELOCA de Brest, mon travail consiste à traduire et décliner concrètement sur le terrain, les directives générales fixées par le Service du commissariat des armées (SCA), ainsi que les objectifs à l’égard des 3 soutiens spécialisés dont j’ai la charge :

• approvisionnement, stockage et délivrance de denrées alimentaires (produits frais, surgelés, laitiers, épicerie et boissons) assurés par la plateforme logistique destinés à 165 unités (dont 85 navigantes). Je décide, en fonction du budget alimentation dont je dispose, de la mise en œuvre et de la gestion des stocks afin de satisfaire au mieux les unités, dans les délais demandés.

• Ceci est complété par une production de plats préparés et de produits de boulangerie, représentant, à l’année 7000 tonnes de vivres et près de 5 millions de portions culinaires permettant l’alimentation des 22 000 ressortissants de la BdD Brest-Lorient.

• S’agissant de l’habillement, je veille à assurer l’approvisionnement, le stockage et la délivrance d’effets d’habillement grâce aux 6 salons répartis entre Brest, Lorient, Cherbourg et Paris. Soutenir, c’est anticiper avant de satisfaire.»

LV Philippe Trouche, RECOL – Porte Avions Charles de Gaulle

« Officier de la spécialité RECOL, je suis responsable de la restauration à bord du porte-avions, chef de service et capitaine d’une compagnie de 73 marins. Le service est divisé en 3 secteurs (approvisionnement, production, distribution) et permet de servir à l’équipage jusqu’à 4 000 repas par jour pour les 6 carrés et la cafétéria. Les quantités cuisinées au quotidien sont particulièrement importantes : 400 kg de pain, 600 kg de viandes, 800 kg de légumes ou de féculents… Pour cela, le porte-avions embarque 320 tonnes de vivres pour 45 jours d’autonomie avant chaque départ à la mer, en les stockant dans les 1 000 mètres cubes de locaux de stockage, ce qui est un challenge de gestion des stocks et de prévision des menus. La production est ensuite répartie sur les deux principales cuisines du bord. »

MOT Jenny Belledant, volontaire (VLT) ”“ EQUIPAGE – SLPA Nancy

« Les matelots volontaires EQUIPAGE ont une vocation principalement bureautique, de gestion des tâches administratives. Au quotidien j’assure ces fonctions au service local de psychologie appliquée de Nancy où je suis affectée. Dans un SLPA, nous sommes quotidiennement au contact de militaires ou de civils. Ce contact me permet de me sentir utile, non seulement pour les marins, civils, ou militaires des autres armées qui viennent chercher un soutien psychologique, mais aussi pour la Marine en participant à la constitution des dossiers des candidats au recrutement. J’assure l’accueil des candidats, prépare leur entretien et me charge du suivi administratif de leurs dossiers.»

MT Fabrice Fleuridas, GECOLL, sous-marinier

« Je suis cuisinier. Je contribue à apporter non seulement des forces, mais aussi du réconfort à l’équipage. Je cherche constamment à améliorer le quotidien de l'équipage et ce dans un milieu très particulier. La cuisine d’un sous marin fait seulement 3 mètres carrés, soit la taille d’une cabine téléphonique aux normes “handicapés”. Je m’efforce dans ces conditions, de faire preuve d’inventivité et de proposer des plats à la hauteur des attentes. Lors d’un cycle à la mer de 90 jours, nous servons quotidiennement, au moins un dessert « maison ». A bord, le cuisinier et le commis qui travaillent toujours de concert, sont incontournables et de nombreuses attentes reposent sur eux. Il faut être très organisé, anticiper au maximum et le travail de planification des repas avec le commis est très important…C’est un métier très exigeant mais aussi très gratifiant. »

CRP Roberto Lemos, responsible du service du commissariat – BPC Tonnerre

« Trouver des solutions. C’est une façon schématique mais concrète de décrire le rôle du commissaire à bord. Pour soutenir l’équipage, je suis chargé de coordonner l’action de tous les acteurs du soutien de l’homme, des commis, en passant par les COMLOG (comptable logisticien), ou encore les chargés du BARH (bureau adminsitratif des ressources humaines). Notre objectif est de prévoir en amont l’ensemble des problématiques relevant de la vie quotidienne, administrative et financière du bâtiment afin d’en décharger le personnel et lui permettre de se concentrer pleinement sur la mission . Concrètement cela se traduit par la gestion de l’alimentation à bord (achat, approvisionnement, planification et réalisation des repas), des informations administratives des marins (vérifier que toute l’information soit bien prise en compte) mais aussi la supervision de toutes les finances et des mouvements de matériels pour permettre au bateau de rester le plus longtemps possible autonome au cours de sa mission. »

Lire notre dossier :

Les marins au service des marins | Le soutien de l’homme en mouvementDes marins au service de tous, tous au service des marinsPortraits de marins au service des marins (1)Portraits de marins au service des marins (2)Le soutien de l’homme, une nécessité absolue. Interview du CA Guillaume

Vos réactions: 
Moyenne: 4 (1 vote)
Envoyer