FREMM MOHAMMED-VI : de machine et d’hommes

Publié le 3 Février 2014 à 13:56

ASP Omer AURY / Marine Nationale

La livraison officielle de la Frégate Européenne Multi-Missions (FREMM) Mohammed-VI au royaume du Maroc s’est tenue le 30 janvier 2014 à Brest, en présence du frère du roi du Maroc, le prince Moulay Rachid, et du ministre de la Défense français, Monsieur Jean-Yves Le Drian. Plus qu’un classique transfert de propriété, la livraison officielle de cette frégate est l'aboutissement d'un processus de transmission des savoir-faire, long de plusieurs mois, entre les équipages français et marocain.

La formation des hommes est une dimension capitale de tout programme de défense, au même titre que l'acquisition de matériels de pointe. La livraison de Mohammed VI, qui devient le plus grand bâtiment de combat de la flotte marocaine, est un exemple de cette réalité qui transcende mers et cultures.

La livraison de la FREMM Mohammed VI ne s’inscrit pas uniquement dans un marché d'armement passé entre la France et le royaume du Maroc. Elle s'inscrit au terme de plusieurs mois de transmission de savoir-faire entre marins marocains et français. Un travail collaboratif, réalisé en binôme, dont nos deux flottes se sont mutuellement enrichies, « sur le plan humain évidemment, mais aussi sur le plan technique », rapporte le capitaine de vaisseau Charles-Henri Ferragu. Aux commandes de ce bateau depuis le 5 septembre 2012, jusqu'au jour de sa livraison, c’est lui qui a assuré à la fois les essais du bâtiment en mer, indispensables à sa mise au point, et ce travail de transmission ou d’accompagnement.

La familiarisation des marins marocains à leur nouvelle frégate a commencé dès le mois de juin 2013, avec l’arrivée à Lorient du noyau de l’équipage. Tous les marins, sélectionnés par la Marine royale marocaine ont été associés à un binôme français, correspondant à leur niveau d’emploi et à leur fonction de quart à bord. Fin juin, « les officiers marocains et leurs adjoints étaient autonomes et assuraient le quart en double de leur binôme français en toute sécurité », relate le capitaine de vaisseau Ferragu, qui, début janvier, se disait « confiant quant à l’aptitude de cet équipage à mettre en œuvre sa FREMM ».

Les acquis de l’expérience des essais de la Mohammed VI sont d’autant plus précieux qu’ils seront directement utilisables par le capitaine de vaisseau Ferragu et son équipage, notamment pour la mise au point de la frégate Normandie, la deuxième FREMM française qui sera livrée à la Marine avant la fin de l’année.

Longue de 142 mètres pour un déplacement de 6000 tonnes en charge, la frégate Mohammed VI devrait prochainement quitter l’arsenal de Brest, arborant fièrement son nouveau pavillon, pour ce qui n’est qu’un « au revoir », puisque dés le second semestre elle devrait être de retour en France pour une mise à niveau de son système de combat et la tenue d’un stage MECO au profit de son équipage : le contrat est donc bien avancé, mais pas encore rempli !

 

Source: ASP Omer AURY / Marine nationale
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 4.9 (41 votes)
Envoyer