La Bretagne à Fort-de-France pour la première escale de son déploiement de longue durée

Publié le 24 Septembre 2018 à 15:14

© Marine nationale

La frégate Bretagne était en relâche opérationnelle à Fort-de-France (Martinique) du 10 au 12 septembre 2018. Il s’agit d’une étape technique et logistique qui s’inscrit dans le cadre de son déploiement de longue durée.

Ce court séjour a permis à l’équipage de se ravitailler en matériel et en vivres frais. Des équipes techniques en provenance de métropole ont également procédé à des vérifications techniques sur les installations de la frégate, actuellement en cours de test grandeur nature. Les services logistiques et de soutien de la base navale de Fort-de-France ont été impliqués dans ces opérations de contrôle qui avaient pour objectif de compléter certains équipements et de parfaire l’habitabilité de la frégate.

Au cours de cette escale, l’équipage a accueilli le commandant supérieur des forces armées aux Antilles (COMSUP FAA), le contre-amiral René-Jean Crignola. Des visites du bord ont également été organisées à destination du grand public. Comme il s’agissait de la première escale d’une FREMM en Martinique, les visiteurs ont pu découvrir la cinquième frégate de la série des FREMM ainsi que l’enthousiasme de son équipage, parti de Brest le 30 août dernier.

A propos de la Bretagne

Le programme FREMM a pour objectif le renouvellement de la composante frégate de la Marine. A l’horizon 2030, la Marine disposera de 15 frégates de premier rang dont 8 FREMM. La FREMM Bretagne est la cinquième de la série après l’Aquitaine, la Provence, le Languedoc et l’Auvergne. Elle sera suivie entre 2019 et 2023 par la Normandie, l’Alsace et la Lorraine. Les deux dernières FREMM auront des capacités de défense aérienne renforcées (FREMM DA).

Navires furtifs de nouvelle génération, polyvalents, endurants et souples d’emploi, dotés d’automatismes poussés et d’un équipage à effectif optimisé, les FREMM ont vocation à assurer des missions telles que la sureté de la force océanique stratégique, la maîtrise d’une zone d’opération aéro-maritime, la frappe de précision dans la profondeur avec le missile de croisière naval (MdCN), les luttes antinavires, anti-sous-marine et anti-aérienne, la projection de commandos embarqués, la protection d’une force aéronavale, ou encore la participation aux missions de sauvegarde maritime.

Les FREMM, à l’instar des autres unités de combat de la marine nationale, sont nécessaires pour garantir la sécurité de long terme des Français et protéger leurs intérêts partout dans le monde.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (3 votes)
Envoyer