Commando marine : Kieffer : 10 ans déjà !  

Publié le 12 Juillet 2018 à 16:48

© J. Bellenand / Marine nationale

En 2008, le retour d’expérience des derniers théâtres d’opérations ainsi que l’évolution des menaces ont prouvé la nécessité pour les commandos marine de développer en interne de nouvelles capacités.

C’est donc avec cette ligne de conduite que le commando Kieffer a été créé sur un modèle novateur. Il s’organise en effet en deux parties distinctes : l’une porte sur l’appui au commandement et l’autre sur l’appui opérationnel. Chacune de ces deux entités est ensuite divisée en cellules spécialisées, armées par des experts venant de la Force maritime des fusiliers marins et commandos (Forfusco), mais aussi de toute la Marine.

 

Différents théâtres d’opérations 

Dix ans après et autant d’années d’engagement sur les différents théâtres, le 6e commando a su se rendre indispensable. Grâce à son expertise, il a pleinement trouvé sa place auprès des cinq commandos historiques et chaque départ en mission des forces spéciales mer inclut des opérateurs de Kieffer. Il s’est illustré sur plusieurs théâtres d’opérations : en Afghanistan ou plus récemment au Mali, dans des opérations de lutte contre la piraterie ou la libération d’otages en océan Indien.

Les domaines de compétence des cellules sont variés : drones, cynotechnie, cyber guerre, lutte NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique), Munex (munitions-explosifs), transmissions et guerre électronique, renseignement.

L’interopérabilité entre les cellules mais aussi et surtout entre le commando et les autres unités avec lesquelles il travaille est la clé du succès de Kieffer depuis dix ans. 

 

Normandie 6 juin 1944 

Le commando Kieffer a été créé le 8 mai 2008 à Ouistreham. Le choix de ce lieu est à la fois logique et hautement symbolique : il fait le lien entre le « père » des commandos marine français, le capitaine de corvette Philippe Kieffer qui était à la tête des 177 Français qui ont débarqué sur les plages de Normandie le 6 juin 1944, et l’unité commando actuelle. 

EV1 Kathleen Gervais et ASP Aude Bresson

 

 

 

FOCUS

Ouistreham, un symbole  

Le 6 juin 1944, c’est le D-Day. Parmi les 132 715 soldats alliés qui débarquent, on retrouve les 177 fusiliers marins commandos emmenés par Philippe Kieffer. Ils posent pied sur les plages normandes autour de Ouistreham et prennent part au combat tout comme des navires des Forces navales françaises libres et des aéronefs des Forces aériennes françaises libres. Nom de code : « Opération Overlord ». Objectif : conquérir une bande littorale protégée par des barbelés, des blockhaus, deux batteries de quatre canons, des mitrailleuses ou encore des lance-flammes. Partis à 4 h 30 et arrivés à 8 h, les hommes de Kieffer voient une trentaine des leurs blessés ou tués à peine débarqués lors de l’assaut. En moins de deux heures, les commandos contrôlent le port de la ville, non sans avoir subi de lourdes pertes (environ 40 %). Ouistreham est dorénavant un symbole de la France libre et également un symbole pour le monde des fusiliers marins et commandos.  

Vos réactions: 
Moyenne: 3.7 (3 votes)
Envoyer