Exercice interallié pour le Commandant L'Herminier

Publié le 9 Mai 2018 à 17:59

© Marine nationale

Le patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant L’Herminier, aux côtés des chasseurs de mines tripartites (CMT) Cassiopée et Andromède, d’un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) et d'un détachement de la 21F, a participé à l’exercice interallié Joint Warrior 18.1.

 

15 nations participantes

À Faslane (Écosse), les marins français ont participé à la présentation de cet entraînement complet et imposant par la qualité des moyens déployés et la complexité du scénario et des exercices programmés. Plus de 10 000 militaires (marins, aviateurs et terriens) s'entraînent ainsi pendant deux semaines.

À son arrivée dans les lochs des Hébrides et des Minches, le patrouilleur de haute mer a été intégré au Task Group 606.1, aux côtés de bâtiments partenaires de l’OTAN (danois, espagnols, allemands, turcs et américains), conduisant avec succès les nombreux entraînements planifiés : évolutions tactiques, exercices de tir contre terre et anti-aérien, de défense aérienne en environnement brouillé, de lutte asymétrique et anti sous-marine.

Cet entraînement opérationnel est une excellente opportunité pour les équipes de la passerelle et du central opérations pour se réapproprier les savoir-faire spécifiques des opérations "en escadre".

 

Le Cassiopée dans l’exercice

Le Cassiopée et son équipage ont repris la mer fin avril. Dès la fin de son stage de remise à niveau opérationnel (RANO), le Cassiopée a mis le cap sur le Nord de l’Écosse pour participer à l’exercice Joint Warrior 18.1. S’intégrant au sein d’une force de guerre des mines interalliée sous commandement anglais, le chasseur de mines a démontré le savoir-faire français en matière de guerre des mines en étant notamment le chasseur ayant détecté et identifié le plus de mines.

 

Plaçant le bâtiment dans un scénario réaliste d’opération, l’exercice a également permis à l’équipage de se confronter à la difficile tâche de travailler au sein d’une force, sous menace asymétrique permanente et avec une chaîne de commandement éloignée.

Après une semaine d’opération finissant par un redéploiement du Task Group vers le sud de l’Écosse, permettant au bâtiment de naviguer en force constituée à travers les fameux « sounds » écossais, le Cassiopée a salué une dernière fois ses compagnons anglais et remis le cap vers Brest.

A propos de Joint Warrior

Joint Warrior est un entraînement de niveau supérieur organisé par l’armée britannique (Royal Navy et Royal Air Force) ayant pour objectif de fournir un entraînement tactique interarmées, dans lequel les unités alliées ou partenaires et leurs états-majors perfectionnent leurs tactiques de lutte et leur capacité d’intégration et d’interopérabilité, dans la perspective de leur potentiel emploi dans le cadre d’une Task Force interarmées et interalliés (Combined Joint Task Force).

 

Cet entraînement opérationnel a lieu deux fois par an, au printemps et à l’automne. Il permet de mettre en place une série de scénarios incluant des situations de crise et de conflits telles que des attaques terroristes ou des opérations de piraterie susceptibles d’être rencontrées en opération. Réunissant des forces aériennes, de surface, sous-marines et amphibies, il est organisé spécialement pour l’entraînement à l’engagement maritime.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer