Fin du déploiement de la frégate Jean Bart au sein de l’opération Chammal en Méditerranée

Publié le 18 Avril 2018 à 15:43

© Marine nationale

Du 22 février au 31 mars, la frégate antiaérienne Jean Bart, a été intégrée à l’opération Chammal en Méditerranée orientale.

Le déploiement de la frégate dans le canal de Syrie a offert à la France une capacité de recueil d’informations tactiques permettant un suivi en temps réel du théâtre, et une capacité d’appréciation autonome de situation. Ces informations recueillies sont précieuses, permettant de référer aux autorités militaires et politiques de la situation sur le théâtre syrien.

De plus, l’hélicoptère Panther, embarqué à bord de la frégate permet de compléter avec précision le suivi du théâtre. Il est employé quotidiennement pour des missions de collecte de renseignements.

En lien avec les autres moyens des armées françaises dans la zone, ce type de déploiement s’inscrit dans le cadre de la mission « connaissance et anticipation » confiée aux forces armées et à laquelle la Marine nationale contribue directement en offrant un moyen autonome d’appréciation de situation dans le canal de Syrie et au-dessus du territoire syrien.

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal représente la participation française à l’OIR (opération Inherent Resolve) et mobilise aujourd’hui près de 1 100 militaires. À la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l’opération Chammal repose sur deux piliers complémentaires : un pilier « formation» au profit d’unités de sécurité nationales irakiennes et un pilier « appui » consistant à soutenir l’action des forces locales engagées au sol contre Daech et à frapper les capacités militaires du groupe terroriste.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère des armées

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer