Les plongeurs-démineurs en exercice de déminage portuaire à Port-Vendres

Publié le 16 Avril 2018 à 16:34

© Marine nationale

Du 3 au 13 avril 2018 s’est tenu l’exercice OTAN de guerre des mines « Cut Away » à Port-Vendres (66), visant à entraîner les militaires au déminage puis à la réouverture d’un port.

Pour cette édition 2018, près de 120 militaires comprenant des marins français (plongeurs-démineurs du GPD Méditerranée et fusiliers marins) et américains (plongeurs-démineurs basés à Rota, Espagne) se sont mobilisés, accompagnés du 1er régiment de chasseurs parachutistes de l’armée de Terre.

Cet exercice, au scénario des plus réalistes, simulait une menace terroriste aux abords d’un port : neutralisation d’engins explosifs artisanaux ou de guerre, armes factices et surveillance constante du port. De nombreux équipements de plongée, de déminage et de recherche sous-marine ont été mis en œuvre dans des conditions proches du réel en opérations.

Grâce à la municipalité de Port-Vendres, les opérations ont pu être menées à la fois sur et sous l’eau, mais également sur la terre ferme avec notamment la prise d’assaut du Fort Béar.

Objectifs de l’exercice : renforcer les relations avec nos alliés et améliorer les capacités opérationnelles de chaque unité. La capacité à mener à bien des opérations de déminage portuaire est une priorité de la Marine nationale. Il s’agit de garantir la sécurité des voies maritimes du large jusqu’aux ports.

Focus sur les plongeurs-démineurs de la Marine

Les plongeurs-démineurs constituent une spécialité de la Marine. Ils servent principalement sur les 11 chasseurs de mines (CMT) basés à Brest et Toulon et dans l’un des 3 Groupes de plongeurs démineurs basés en métropole. Ces unités de la Force d’action navale interviennent dans des missions de déminage d’engins explosifs à terre ou en mer, comme de sécurisation des fonds sous-marins (guerre des mines, protection et nettoyage des littoraux et des accès portuaire, travaux sous-marin, etc…).

Référence en Europe dans le domaine de la plongée militaire autonome, les plongeurs-démineurs peuvent intervenir jusqu’à 80 mètres de profondeur.

Des fusiliers marins lors de l’exercice Cut Away, identifient un engin explisif

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer