Un premier trimestre 2018 d’opérations de police des pêches positif

Publié le 13 Avril 2018 à 18:08

©EMA

Alors que la saison de pêche en Guyane vient seulement de commencer (mi-mars), le bilan des opérations de lutte contre la pêche illégale en Guyane est d’ores et déjà très encourageant. Depuis le début de l’année, 18 navires ont été contrôlés en infraction dans nos eaux. Ces contrôles ont entrainé 4 déroutements et 12 traitements administratifs. 3 navires en action de pêche illicite, 52 km de filets et 13 tonnes de poissons ont été saisis. De plus, on a pu constater le retour des pêcheurs français dans la zone : « la présence des pêcheurs français prouve qu’ils se réapproprient leur zone, nos opérations ont des résultats concrets », affirme le commandant de La Confiance.

Après ces premiers résultats conséquents, les forces armées en Guyane restent néanmoins vigilantes et mobilisées, attentives à tout éventuel retour de pêcheurs illégaux dans les eaux françaises. En effet, les pêcheurs étrangers qui viennent piller les ressources françaises sont souvent très déterminés et bien organisés. Ils ne rentrent dans les eaux françaises qu’à la faveur de la nuit et disposent souvent de réseaux d’informateurs surveillant les mouvements des moyens français. La lutte contre la pêche illégale en Guyane est donc une mission difficile qui nécessite permanence, persévérance, discrétion et adaptation.

De plus, les forces armées en Guyane sont confrontées à des pêcheurs de plus en plus violents, s’opposant par la force aux contrôles, et obligeant ainsi les équipes de visite des bâtiments à faire usage de leurs armes à létalité réduite. Ainsi, au cours des trois dernières semaines, trois navires en action de pêche illicite se sont violemment opposés aux contrôles des bâtiments français. Ces contrôles peuvent aboutir à une amende, le rejet à la mer des poissons pêchés, la confiscation des apparaux de pêches, voire la saisie puis la destruction des bateaux.

Fortes de 2100 militaires, les FAG exercent des missions de soutien de l’action de l’État et contribuent aux missions de souveraineté. A ce titre, elles garantissent la protection du territoire national, et contribuent au maintien de la sécurité dans la zone de responsabilité permanente unique Caraïbes (ZRP), à la lutte contre l’orpaillage illégal (opération Harpie), à la sécurisation du centre spatial guyanais (opération Titan), et à la lutte contre la pêche illégale. Dans le cadre de leur mission de police des pêches, les FAG garantissent la souveraineté de la France sur les eaux placées sous sa juridiction, répondent aux engagements internationaux pris par la France dans le domaine de préservation des ressources halieutiques, et combattent les activités maritimes illicites.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer