PM Aurélien - Contrôleur tactique aéronef

Publié le 4 Avril 2018 à 08:22

© P.GUIOT/MN

En 2002, le bac en poche, Aurélien débute dans la vie active en tant que réparateur de télévisions. Trois ans plus tard, à l’âge de 23 ans, il s’engage dans la Marine en tant que matelot volontaire. Son envie de voyager et l’écho de ses voisins rochelais marins lui donnent envie de tenter l’expérience. Lors de sa première affectation sur le patrouilleur de haute mer Commandant Bouan, moment clé dans sa vie de marin, il réalise qu’il est fait pour être marin.

En 2007, il décroche le BAT (brevet d’aptitude technique) Détecteur et devient ainsi opérateur radar sur la frégate type La Fayette (FLF) Surcouf. Ses échanges avec le chef de secteur détection le poussent à s’intéresser aux opérations, aux hélicoptères… C’est le deuxième déclic ! Il se porte alors volontaire pour le cours de CTAC (contrôleur tactique aéronef : C CONTARNEF) en 2011. Affecté sur le patrouilleur L’Adroit, il est sélectionné pour le brevet supérieur opérations (BS OPS) un an plus tard. Il rejoint ensuite le porte-avions Charles de Gaulle et participe aux missions Bois Belleau et Arromanches 1 puis 2, au cours desquelles il est notamment chargé des sauvetages sur l’hélicoptère Pedro. Depuis 2016, il est affecté sur le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral. Cette affectation lui a permis de travailler en étroite collaboration avec les pilotes de la Royal Navy au cours de la mission Jeanne d’Arc 2017. Passionné par son métier, il aime la diversité de ses missions : « Chaque bâtiment a sa spécificité : avec les FLF, on travaille avec des hélicoptères type Panther, sur le BPC Mistral, l’ALAT (aviation légère de l’armée de Terre) fait partie de nos interlocuteurs réguliers. Les briefings et les procédures d’appontage sont différents en fonction des armées et des pays… Les jours en mer se succèdent sans jamais se ressembler. » 

 

 

Son parcours

2005 : Engagement dans la Marine en tant que matelot volontaire.

2007 : Brevet d’aptitude technique détecteur.

2011 : Qualification au cours CTAC (Contrôleur tactique aéronef : C CONTARNEF).

2012 : Brevet supérieur opérations.

2016 : Affectation à bord du BPC Mistral.

 

Meilleur souvenir

« Mon meilleur souvenir reste incontestablement mon premier déploiement de longue durée à bord du patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Bouan en 2006. Partir loin, longtemps, en équipage, j’en avais rêvé. Premier passage du canal de Suez, des détroits… Nous avons fait escale dans des lieux magiques comme le Kenya ou les Seychelles. Si loin de notre quotidien. La mission a été pleine de rebondissements, la zone de mission connaissant à l’époque un essor de la piraterie. Nous avons porté assistance à des bateaux de pêche qui avait été victimes d’attaques. 

C’est au cours de ce déploiement que j’ai réalisé que ma place était sur un bâtiment, au cœur d’un équipage et des engagements opérationnels de la Marine nationale. »

Propos recueillis par l’ASP Charlotte Abadie

 

Focus

Le stage de qualification de contrôleur d’aéronefs : C CONTARNEF

Ce stage est ouvert aux titulaires du brevet supérieur opérations (OPS) et aux titulaires des brevets d’aptitude technique des spécialités de détecteur (DETEC), détecteur anti-sous-marins (DEASM) et électronicien d’armes (ELARM). Son obtention permet d’assurer le contrôle tactique des aéronefs à voilure fixe ou tournante, ainsi que le contrôle d’approche des hélicoptères embarqués sur les porte-hélicoptères. Les candidats sont admis au stage après un test de sélection organisé par le Pôle Écoles Méditerranée (PEM). La scolarité d’une durée de cinq semaines s’effectue au PEM ou au centre d’entraînement d’ALFAN Brest (CEAB Brest). Elle est suivie d’une mise en application en unité sous la direction d’un marin détenteur de cette qualification. Le certificat est attribué par l’amiral commandant la Force d’action navale (ALFAN), sur proposition des commandants d’unité.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 4.4 (5 votes)
Envoyer