Lire (ou relire) l'amiral Castex à l'occasion du cinquantenaire de sa mort

Publié le 10 Janvier 2018 à 18:16

© Marine nationale

Nous commémorons aujourd’hui le cinquantenaire de la mort de Raoul Castex, amiral, écrivain, fondateur de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale.

Ce « stratège inconnu », pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Hervé Coutau-Bégarie, a pourtant dominé la pensée militaire de la première moitié du XXème siècle, grâce à sa clairvoyance et à son art consommé de la synthèse et de la pédagogie.

Prédisant avec une lucidité confondante le devenir des colonies françaises, les bouleversements de l’âge nucléaire ou encore la guerre froide, il prévit avec la même clairvoyance la faiblesse militaire de Dunkerque fin 1939, ce qui lui valut une mise à la retraite anticipée pour défaitisme, au terme de 44 ans d’une brillante carrière à la fois de praticien de la mer et de théoricien du combat, naval bien sûr, mais également terrestre et aérien.

Ses « Théories stratégiques », rééditées en 1995, font la synthèse d’oppositions classiques : guerre d’escadre contre guerre de course, école historique et école techniciste, puissance navale et menace continentale. L’amiral Castex a été, pour reprendre sa propre expression, « un chemin qui réunit plus qu’il ne sépare ».

Même si les témoignages de marins, comme ceux de « Marius » ou de Yannick Piart, ne manquent pas, on fait parfois reproche aux marins d’être moins présents dans le débat stratégique contemporain. Soyons donc fiers de compter parmi les membres de la grande famille de la Marine Nationale l’amiral Castex ; lisons-le, relisons-le. Pour s’en convaincre, il n’est pas nécessaire de lire d’une traite ses œuvres complètes, certes passionnantes mais denses. Il suffit d’ouvrir au hasard l’un des sept tomes, à n’importe quelle page : on est certain d’y trouver une réflexion stratégique profonde, et généralement très actuelle. Ainsi, « le monde Jaune et le monde Blanc », qui décrit l’évolution des équilibres de puissance entre la Chine, la Russie et l’Europe Occidentale, est à la fois d’un style limpide et d’une actualité troublante. Je vous le recommande vivement.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer