Retour de mission Passion 2017 pour le Bougainville

Publié le 6 Décembre 2017 à 14:24

© Marine nationale

Le 25 novembre 2017, après presque 3 mois consacrés à conduire la mission Passion 2017, le bâtiment multi-missions (B2M) Bougainville a accosté à 9h à la base navale de Papeete. Parti le 4 septembre 2017, l’équipage B du bâtiment, commandé par le lieutenant de vaisseau Alexis Gollnisch, a sillonné l’Est du Pacifique au cours d’une mission composée de 3 volets.

Le premier volet de la mission a été consacré à l’affirmation de la souveraineté française sur l’île et la zone économique exclusive (ZEE) de Clipperton. L’équipage, renforcé par l’équipe NEDEX (Neutralisation, enlèvement, destruction d’engins explosifs) des Forces armées en Polynésie française, a tout d’abord poursuivi le travail entamé en 2016, consistant à neutraliser les munitions historiques américaines datant de la Seconde Guerre mondiale. Après s’être assuré de respecter la faune, l’équipe a détruit plus de 20 000 obus.

  

L’occasion a également été saisie pour nettoyer certaines plages des déchets venus s’échouer au fil du temps. Le travail n’aurait pas été complet sans un rafraichissement de la stèle « République française », sur laquelle se dresse un mat de pavillon. Après une cérémonie des couleurs (levée du drapeau), le Bougainville a appareillé et entamé une patrouille au large, couvrant un quart de la ZEE. Cette manœuvre a permis de confirmer que la situation établie par le Centre maritime commun de Polynésie française (CMC-PF), qui surveille depuis Tahiti les ZEE de Polynésie française et de Clipperton, était bien conforme à la réalité et qu’aucun navire de pêche n’était présent dans la zone.

 

Poursuivant sa route à l’Est, le Bougainville a ensuite patrouillé au large de l’Amérique centrale, où le développement du trafic de produits stupéfiants est une préoccupation croissante. Les bâtiments de la Marine nationale participent régulièrement à des opérations internationales de lutte contre les narcotrafics dans cette zone. Plusieurs exercices d’opportunité menés avec des bâtiments amis, ont été réalisés à l’occasion d’escales planifiées au Mexique, au Guatemala et au Costa Rica dans le but de renforcer les liens pour les futures opérations dans cette zone. Le bâtiment multi-missions français a suscité l’intérêt des plus hautes autorités de ces pays, comme en témoigne la visite à bord du président Costaricain.

Le troisième volet de la mission visait à entretenir l’interopérabilité avec les US Coast Guard (garde-côtes américains), partenaire majeur dans le Pacifique, pour ce qui touche à la lutte contre les trafics ou les pêches illicites. Au large de San Diego, de San Francisco et d’Hawaï, leurs trois principales bases dans le Pacifique, des exercices conjoints ont permis de présenter les capacités du Bougainville, d’éprouver le savoir-faire des marins français et américains, et de renforcer leur aptitude à travailler ensemble. Les escales ont aussi été mises à profit pour des rencontres de haut niveau avec le commandement des Coast Guard et de l’agence inter administrations américaine chargée de lutter contre les activités illicites à la mer dans le Pacifique (JIATF-W). Lors de l’escale d’Hawaï, le contre-amiral Denis Bertrand, Commandant supérieur des forces armées en Polynésie française et Commandant de la zone maritime Pacifique, a reçu à bord son homologue américain, l’amiral Harry B. Harris, commandant des forces américaines dans le Pacifique et lui a présenté les capacités du bâtiment multi-missions. Les deux amiraux se sont ensuite entretenus sur des sujets d’intérêt commun et sur les coopérations entre les forces armées françaises et américaines dans cet immense espace stratégique.

 

A l’aller comme au retour, tous les transits dans et aux abords de la ZEE de Polynésie française ont été dédiés à la surveillance maritime. Guidé par le CMC-PF et appuyé par des vols des avions Gardian de la 25F et par de l’imagerie satellite, le bâtiment a ainsi visité quatre palangriers étrangers pêchant à l’extérieur de la ZEE, en haute mer, au large des Marquises. Ces contrôles réguliers de navires de pêche étrangers en haute mer, menés dans le cadre de la Western and Central Pacific Fisheries Commission (WCPFC), s’insèrent dans la stratégie générale de surveillance de la ZEE conduite sous la direction du Haut-commissaire de la République, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer, qui maintient les pêcheurs étrangers à l’extérieur de la ZEE de Polynésie française.

La diversité des missions accomplies durant Passion 2017 montre l’étendue des capacités du Bougainville, mais surtout celles de son équipage qui achève son déploiement, fier d’avoir affirmé l’importance de la Polynésie française et l’action responsable de la France dans le Pacifique. L’équipage A prendra la relève pour faire face à la saison cyclonique et mener les prochaines missions.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer