Opération de déminage dans le goulet de Brest

Publié le 14 Novembre 2017 à 10:47

© Marine nationale

Le 9 novembre 2017, le Groupement de plongeurs-démineurs de l’Atlantique (GPD Atlantique) a procédé au contre-minage d’une bombe anglaise perforante de 2000 livres en rade de Brest.

Cette bombe, trouvée à proximité de la côte dans l’anse du Portzic, a été relevée et déplacée jusqu’au point de contre-minage de la rade de Brest. Pour cette opération, le GPD Atlantique a bénéficié du soutien des forces de l’ordre de Brest et de Plouzané pour maintenir les rayons de sécurité terrestres, et du soutien de la vedette de gendarmerie maritime Aber Wrach pour les rayons de sécurité maritimes.

Le GPD Atlantique intervient en mer, sur l’estran et sur les terrains militaires, dans une zone de responsabilité allant du Mont Saint-Michel à la frontière espagnole.

En 2017, le groupement de plongeurs démineurs de l’Atlantique, est intervenu sur 270 munitions soit environ 2,5 tonnes de matière active.

 

A propos des capacités de guerre des mines

La France possède dans le domaine de guerre des mines une expertise reconnue qui joue un rôle majeur pour la crédibilité de la dissuasion, la sûreté de nos approvisionnements tant dans nos approches que lors des transits ainsi que pour notre capacité d’intervention. La guerre des mines est une capacité majeure de la Marine nationale car elle participe à l’ensemble des missions de la Marine. Les unités de guerre des mines sont chargées de la sécurisation des chenaux utilisés par les SNLE lors de leurs transits entre leur base de Brest et la haute mer. Elles doivent également, en cas de menace particularisée, être en mesure de maintenir l’accès à un port d’intérêt vital et se tenir prêtes à assurer le libre accès aux ports alliés. Elles ont aussi vocation à être projetées au sein d’une force navale nationale ou interalliée lorsque les opérations se déroulent à proximité de côtes plus sensibles au risque « mines ».

 

En savoir plus sur les GPD

Ils opèrent à la fois sur le territoire national et à l’extérieur et réalisent deux types de missions. Les missions dites génériques sont indifféremment confiées aux trois GPD s’appuyant sur des compétences communes à l’ensemble des plongeurs démineurs : la lutte contre les mines marines ; l’intervention NEDEX (neutralisation enlèvement, destruction des engins explosifs) qui traite des munitions de guerre comme des colis piégés à terre et sous l’eau ; les missions de « service public » et le soutien aux opérations de sauvetage de sous-marin.

Chaque GPD a des missions spécifiques dans des domaines d’excellence très pointus: l’intervention en eaux polluées et la récupération de mines inconnues (GPD Atlantique), le contre-terrorisme maritime (GPD Manche), ainsi que le génie sous-marin de combat et les  opérations amphibies (GPD Méditerranée). Le domaine NEDEX fait l’objet d’une certification particulière. Dans chaque GPD, un binôme de plongeurs certifiés « neutralisateur » assure une alerte permanente. Les plongeurs démineurs expérimentés  dans ce domaine maîtrisent un ensemble de matériels qui permet d’intervenir aussi bien en milieu terrestre que subaquatique (robots, canons à eau…). Après la fin de l’opération Harmattan, la Marine a déployé 30 plongeurs démineurs et deux bâtiments pour investiguer et éliminer les munitions et engins explosifs improvisés dans les principaux ports libyens.

 

En savoir plus sur les étapes d’un contre minage

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer