4 navires illégaux déroutés par La Résolue en Guyane

Publié le 9 Octobre 2017 à 12:03

©EMA

Le 5 octobre 2017, les forces armées en Guyane ont conduit une opération de lutte contre la pêche illicite dans la zone économique exclusive française, à proximité de la frontière du Suriname et du Brésil. Admis au service actif le 28 septembre pour sa toute première mission de sauvegarde maritime, le patrouilleur léger guyanais La Résolue a réalisé un tir groupé hors norme.

 

Avec ses moyens optroniques et notamment thermiques, le patrouilleur a décelé dans la nuit un groupe de trois navires, avant de fondre dessus à l’aube. Le premier navire a été surpris en action de pêche dans les eaux territoriales guyanaises, et les deux autres dans la zone économique exclusive française. Les équipages surinamais et guyaniens composés de six marin chacun, ont été escortés jusqu’à Mana et pris en compte dès leur arrivée par la gendarmerie maritime.

Au même moment, la vedette côtière Mahury a également contrôlé un navire en situation illégale à l’est de la Guyane, à proximité de l’embouchure de l’Approuague.

Le résultat de cette opération a permis de rejeter 7 tonnes de poissons (impropres à la consommation), de saisir 4,5 km de filets et de confisquer les 4 bateaux.

Parfaitement adaptés aux particularités environnementales, nautiques, et opérationnelles de l’espace guyanais, aussi à l’aise en haute mer que dans les faibles fonds, La Résolue dispose de moyens de projection de forces et de coercition pour localiser les contrevenants de jour comme de nuit. La coordination avec les autres services de l’État permet d’optimiser l’ensemble des moyens prépositionnés en Guyane pour fournir une réponse rapide et efficiente contre la pêche illicite dans les eaux françaises au large de la Guyane.

À 7 000 km de la métropole, les FAG garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’État dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (4 votes)
Envoyer